Stratégie imprimerie

Macaron ou stratégie de publicité gratuite pour les ecoles

macaron-et-tenue-ecolier-1.pngLe macaron dans notre contexte désigne ce que portent les écoliers ou les eleves au niveau de la poche de leur tenue. Il est fait de tissu imprimé en sérigraphie. Il peut être en couleur ou en noir et blanc. Son equivalent en anglais est le badge.

Son rôle est d'indiquer le nom et l'adresse de l'établissement auquel appartient la personne qui le porte.

 

Le macaron que nous confectionnons et qui est destiné aux eleves a pour rôle principal l'information et la publicité.

Mais de plus en plus les clients préférent des macarons en couleur qui mettent en valeur leur logo et le nom de leur école.

La forme du macaron n'a pa d'importance: rond, ovale, rectangulaire ou carré, cela depend de la préfference de chaque client.

 

Je conseille à mes clients, pour une raison d’esthétique, de garder leurs macarons assez aérés avec le minimum nécessaire de texte.

La présentation doit permettre une lecture flash en quelques secondes.

 

Voici selon moi ce qui est important à mentionner dans le macaron:

le nom de l'école et

sa situation géographique, indiquer seulement le n° du secteur ou du quartier, pas de n° de Rue ou de porte;

et enfin le n° de téléphone de l'établissement.

La boite postale est facultative sur un macaron.

 

Le logo n'est pas nécessaire mais on peut le mettre car il permet parfois de saisir plus facilement l’établissement dont il s'agit quand bien même on a du mal à lire le texte. Dans le but de renforcer le rôle publicitaire du macaron, on peut y ajouter la divise de l'établissement.

 

Je souligne que le macaron a un double bénéfice au profit des établissements d'enseignement.

 

macaron-et-tenue-eleve-1.png1/La Publicité gratuite.

 Il y a encore des écoles qui n'en profitent pas et je pense que c'est une perte. Imaginer un instant 500 personnes qui se promènent avec la marque de votre école à travers toutes la ville; l'impact publicitaire est inestimable. Et tout cela gratuitement. Vous ne payez rien ni à l'Etat ni aux personnes qui portent votre marque.

 

2/Le bénéfice commercial.

C'est bien de le savoir, toutes les écoles ne distribuent pas gratuitement les macarons aux élèves. Dans certains établissements le port de macaron est obligatoire tout comme la tenue. Et pour avoir le macaron, l'élève doit l'acheter. La différence entre le prix de la commande et le prix de vente aux élèves constitue un gain pour l'établissement en question. Il y a des écoles qui connaissent le secret et qui en profitent bien.

MacaronCliquez pour voir une trentaine de macarons en image

Des vaches maigres à l'imprimerie: voici ma stratégie!

La saison hivernale correspond toujours à un moment de ralentissement d’activités dans les imprimeries.

C’est la période des vaches maigres où les commandes sont rares et les entrées d’argent très limitées. Cela se ressent partout dans le pays et c’est ce qui me fait dire que cette situation dépend de notre société telle quelle est organisée.

La saison pluvieuse coïncide  avec le départ en vacances pour certains et en congés pour d’autres. Par ailleurs les travaux champêtres occupent la majorité de la population. Tout cela ralentit les activités en ville où sont implantées les imprimeries.

L’argent est donc en quelque sorte orienté vers l’agriculture et les travaux de la terre ou vers les activités dépendantes de la pluie. Tout ce qui est papeterie, bureautique et scolaire tourne au ralenti jusqu’ à la rentrée prochaine vers fin Septembre.

Que peut-on faire de bénéfique pendant une telle période qu’on est obligé de traverser ?

Faut-il se résigner  avec certains imprimeurs et conclure qu’il n’ya rien à faire ?

Je pense que non ! Il y a toujours quelque chose qu’on peut faire pour être à la page et profiter judicieusement de la période morte.

1/ Envoyer le personnel en congés

Il n’y a plus grand-chose à faire à l’imprimerie, pourquoi ne pas profiter de ce temps pour envoyer les employés en congés de manière alternative entre les mois de Juillet, Août et Septembre? Au lieu de laisser certains partir à une période où vous avez plus besoin d’eux, vous pouvez exploiter ces temps morts de façon plus rentable. Car les activités reprennent généralement à partir d’Octobre jusqu’en Juin.

2/ Prendre soi-même des congés

Organisez-vous pour avoir des temps de repos bien mérité après vous être consacré au travail durant toute l’année. Selon mois le repos ne consiste pas uniquement à partir à ailleurs. C’est tant mieux si les circonstances vous le permettent. Au cas contraire, vous pouvez tout simplement modifier vos horaires de travail.

3/ C’est aussi une période de commande

Curieusement certaines structures préfèrent lancer leurs commandes pendant les vacances pour être prêtes à la rentrée.

Il y a par exemple des écoles qui lancent leur commande avant leur départ en vacances contrairement à d’autres qui préfèrent le faire à leur retour des congés. Je trouve que le premier cas est une attitude exemplaire.

Non seulement cela permet à l’imprimeur de travailler sans précipitation mais aussi au client de disposer de tous ses documents nécessaires dès la rentrée. Dans un cas ou dans l’autre chacun a sais raisons mais je donne mon avis en tant qu’imprimeurs et par rapport à mon expérience.

Je veux dire tout simplement qu’en tant qu’imprimeur, je dois rester vigilant pendant cette période de congés et prêt à exécuter d’éventuels travaux qui surviendraient.

4/ Faire votre bilan annuel

Une des meilleures manières de vous occuper pendant ces temps, c’est de faire une évaluation de vos activités de l’année.

Si vous avez l’habitude de vous arrêter de façon périodique pour une petite appréciation des activités de votre entreprise, c’est une bonne chose.

Mais le bilan annuel est une nécessité pour toute société qui tient à avancer. Faites-le vous-même ou contactez quelqu’un qui s’y connait pour le faire. Vous aurez une idée exacte sur la santé de votre entreprise.

Cependant ne vous contentez pas d’un bilan technique de votre imprimerie sans un examen approfondi de votre façon de la conduire en tant entreprise destinée à la rentabilité.

C’est dire donc que vous devez faire :

-un bilan technique et financier qui vous donne une idée sur la position financière de votre imprimerie

-un bilan personnel comme un examen de conscience qui vous permettra d’apporter à votre société une nouvelle dynamique propre à vous

L’évaluation va vous permettre de détecter les points positifs et négatifs de votre imprimerie. A partir de ces points vous allez dégager les perspectives d’avenir pour votre entreprise. Une société qui fait un tel plan se donne un nouveau souffle pour aller de l’avant. Celle qui ne le fait pas court le risque de perdre son dynamisme et de sombrer dans la routine.

5/ Les perspectives d’avenir

Les gens aiment généralement ce qui est nouveau. L’innovation a pour principales caractéristiques la différence et l’adaptation. Être à la fois différent des autres sur certains plans tel que l’aspect extérieur, et plus proche de la sensibilité des clients.

Les clients veulent avoir l’impression d’évoluer. Si vous avancer dans ce que vous faites, ceux qui travaillent avec vous auront l’impression d’évoluer avec vous. Ils n’aiment pas le contraire.

Améliorez le look de votre atelier d’imprimerie. Donnez-lui un nouvel aspect. N’oubliez pas votre propre apparence car ça va ensemble. Changez ou révisez vos machines si nécessaire. Votre moyen de déplacement joue un rôle important dans votre apparence et la fiabilité de votre activité.

Un tel changement est signe de vie et rend votre imprimerie toujours attrayante aussi bien pour les anciens que pour les nouveaux clients ou visiteurs.

Occupez-vous du personnel autant que possible. Ceux qui travaillent ensemble doivent aussi manger ensemble toute proportion gardée.  Une petite négligence de ce côté peut vous coûter très cher.

Donnez à votre entourage et à vos clients, l’impression que vous êtes entrain d’évoluer parce que votre travail est rentable. Même si votre bilan est négatif, vos clients ne doivent pas le savoir. Ne laissez pas  votre attitude extérieure vous trahir. Les gens aiment soutenir quelqu’un qui avance ; quant à celui qui est tombé, ils préfèrent le contourner ou marcher sur lui pour l’écarter de la course une fois de bon.

Ayez donc le moral assez haut. Bombez la poitrine et marchez tout droit vers le succès auquel vous aspirez.

Voulez-vous savoir ce que je fais des mes périodes mortes ? Eh bien :

- j’ai modifié mes heures de travail pour n’assurer que le service minimum dans mon imprimerie

-je m’occupe de mon blog sur lequel je travaille régulièrement

-j’ai planifié l’innovation de mon imprimerie dans ce mois d’Août

-j’ai crée une nouvelle société sur la gestion immobilière que je vais lancer en début septembre.

 

Que pensez-vous de ce que je viens de dire sur la période des vaches maigres?

Exprimez-vous dans le formulaire de commentaire ci-dessous. Je vous lirai avec plaisir.

Sylvain nyampa

Les 5 briques propulseures de la concurrence (Partie 2)

Comme promis, voici la suite de l’article sur les 5 points propulseurs de la concurrence. Il s’agit des points 4, 5 et la conclusion.

 

 

 

4/ Que puis-je copier chez mon concurrent ?

 

-Les concurrents généreux

 A quoi bon regarder de loin ce que l’on peut toucher du doit.

 De nos jours je crois qu’il existe des imprimeurs disposés à partager leur savoir faire avec d’autres. Tant que cela est possible n’hésitez pas à vous approcher humblement de ceux qui ont réussi plus que vous afin de bénéficier de leurs précieux conseils.

A ICB par exemple, nous sommes prêts à aider tous ceux qui sollicitent nos conseils dans notre domaine.

Mais avant que l’expert vous procure ses conseils, ce qui parfois n’arrive pas à temps, vous devez, à partir de ce que vous pouvez voir et constater, relever les plans utilisés par ceux qui ont réussi avant vous.

Je dis bien avant vous parce que votre tour viendra si vous appliquez les conseils présentés ici.

Regardez autour de vous, dans votre ville, dans votre pays ou faites un tour sur internet à la recherche des concurrents à ‘copier’.

-Promotion d’entreprise et  plagia

 Dans le domaine de la promotion d’entreprise, il n’y a pas de plagiat. Il est permis et même conseillé de regarder ceux qui ont réussi et de faire comme eux. Recommencer à zéro par tâtonnement est une perte inutile de temps.

Le mur du soir se construit sur celui du matin dit un proverbe. Sachons profiter des connaissances de ceux qui nous ont devancés.

Ce qui est interdit c’est de copier les textes ou les paroles mot à mot de ses prédécesseurs. Il n’est pas interdit de copier le comportement de quelqu’un ou de s’en inspirer pour construire son propre projet.

Il ne s'agit donc pas de copier les noms ou textuellement les slogans des autres mais de scruter les manières et les procédés qui sont à la base de leur succès.

Pour mieux le faire, il faut savoir se poser les bonnes questions:

 

5 /  Les bonnes questions à se poser

 

a)    Qu'est-ce qui fait son succès?

Pour répondre franchement à cette question il faut se mettre en position d'ouverture : il a réussi plus que moi ne signifie pas qu’il est né pour réussir et moi pour échouer.

Le succès commence par le bannissement de cette façon de penser qui nous prédispose à l’échec. Si tel a pu décrocher tel marché d’imprimerie face à nous tous, il a dû utiliser une astuce qui n’est pas forcement un secret.

C’est quoi au juste son secret?

Est-ce son regard, son sourire, sa démarche, sa façon d’accueillir les clients, la publicité qu’il fait, la présentation de son atelier, le montage de ses dossiers,  etc.

Si vous cherchez bien vous trouverez la réponse à cette question. Une fois que vous avez la réponse, inspirez-vous-en pour construire votre propre projet.

Si vous tentez de faire comme lui le risque de l’échec est grand, car vous êtes différent l’un de l’autre.

b)   Qu'est-ce qu'il fait et que je ne fais pas encore?

Il est possible de trouver dans ce que l'autre fait des systèmes que moi je n'ai pas encore appliqués et qui sont susceptibles de contribuer à son succès?

Si par exemple votre concurrent fait la publicité dans la presse écrite, à la radio, la télé ou sur internet  et que vous ne l’avez jamais essayé, il ya lieu de se demander si ce n’est pas un des secrets de son succès.

Encore une fois ne cherchez pas des raisons pour justifier votre échec.

Si vous dites que l’autre réussit parce qu’il est plus ancien que vous, je ne pense pas que l’ancienneté à elle seule puisse faire le succès d’une société.

D’ailleurs vous êtes assez ancien dans le domaine  car votre société ne s’est pas créée en un jour.

Toujours en rapport avec votre concurrent, demandez-vous si votre travail répond aux norme de qualité exigée par les clients. N’êtes-vous pas souvent en retard pour les livraisons.

Car si vous êtes toujours en retard pour les livraisons avec en plus une qualité de travail qui laisse à désirer, vous perdez sans doute des clients.

Et si votre concurrent n’en perd pas autant que vous, il va sans dire qu’il sera devant vous en succès.

c)    Est-ce que je ne peux pas le faire aussi bien que lui ou mieux que lui?

 Si vous avez l'occasion d'étudier le système de quelqu'un, ne vous contentez pas de rester à son niveau.

Vous devez viser plus loin au delà de son succès. L'élève qui dépasse son maître est un honneur pour les deux et un progrès pour la connaissance.

Ne dites jamais qu’il a exploité toutes les possibilités de telle idée ou telle possibilité.

Il y a toujours une alternative, une petite astuce que vous pouvez trouver pour faire la différence et aller plus loin.

d)   Qu'est-ce que je fais et que lui ne fait pas.

La course à la réussite est comme une course en moto ou en voiture. Il faut savoir accélérer quand il le faut, et ralentir ou même freiner quand il le faut.

L’avion avec toute sa vitesse possède un système de freinage en cas de besoin.

Imiter celui qui réussit signifie aussi savoir laisser tomber certaines de nos veilles habitudes infructueuses.

Si l'autre réussit plus que moi c'est aussi peut être parce que :

  • il ne passe pas tout son temps dans la l’oisiveté.
  • il se couche et se réveille aux heures favorables pour son travail
  • il veille à ne pas perdre trop de temps devant la télé ou autre loisir
  • il évite de fréquenter des groupes (grains) mal intentionnés
  • il se comporte d’une certaine manière avec ses clients (respect, bonus, visite surprises, etc)

Recherchez donc en vous tout ce qui peut être une mauvaise habitude ou une attitude improductive. Changez-les ou modifiez-les de la meilleure façon possible et tout le reste suivra.

 

Conclusion

Au vue de ce que j'ai dit précédemment, je définis la concurrence comme l'expression de la contribution de diverses personnes dans un secteur d'activité donné.

Dans le domaine de l'imprimerie comme dans un autre domaine, la concurrence vue sous cet angle doit inciter à la recherche de l'avancement et de l'amélioration.

Cela suppose que vous avez déjà un certain niveau de réussite que vous devez d’abord considérer et vous en servir comme point de départ vers un succès plus grand.

Notre concurrence doit être créatrice et non destructrice. Elle doit contribuer au bien être de la vie. Mon concurrent n'est donc pas mon adversaire encore moins mon ennemi. C’est mon collègue et mon collaborateur dans cette activité.

Toutes les imprimeries sont le fruit de leurs concurrents. Sauf Gutenberg, le créateur de l’imprimerie. Nous avons tous vu les autres imprimeries avant de créer la nôtre.

D’autres imprimeries naîtront peut-être en s’inspirant de notre modèle.

Si la nature nous a ainsi réunis, c'est que quelque part nous avons quelque chose en commun que nous pouvons positivement mettre au profit de toute l'humanité.

Sylvain P. NYAMPA

Les 5 briques propulseurs de la concurrence (partie 1)

Comment utiliser la réussite des autres pour booster votre propre succès?

 

La concurrence est une réalité incontournable avec laquelle il faut savoir composer.

Dans le domaine de l’imprimerie la concurrence est devenue telle que certains petits imprimeurs ont été obligés de jeter l’éponge.

Le nombre d’imprimeurs augmente de jour en jour, les exigences des clients s’accroissent et le développement rapide des nouvelles technologies n’est pas toujours pour favoriser les petites entreprises.

Il faut forcement répondre à une certaine exigence au point de vue de la qualité et de la rapidité si l’on veut tenir le coup.

Cela nécessite sans doute l’acquisition des machines de plus en plus rapides et performantes.

En outre il faut avoir une politique marketing adaptée aux circonstances et le tout couronné de courage et de la persévérance.

Qu'il y ait d'autres personnes qui fassent la même chose que vous ne vous pose aucun problème tant que vous restez le plus grand dominateur du marché.

C'est lorsque vos concurrents vous dépassent en succès et que votre entreprise commence à en souffrir que vous vous rendez compte que vous devez réagir si vous voulez qu’elle survive.

Dans cet article il n’est pas question de comment combattre la concurrence, mais de quelle manière vous pouvez l’utiliser pour aller plus loin.

Vous comprendrez en parcourant ces lignes que la compétition peut vous être beaucoup plus bénéfique que nocive si vous acceptez de cultiver à son égard une attitude nouvelle, épurée, positive et constructive.

Voici donc sans tarder le premier point tremplin de la concurrence.

 

1/ La nature a prévu la part de chacun de nous

Tout entrepreneur qui prend conscience des effets de la concurrence commence en principe à se poser des questions comme celle-ci :

-Que puis-je faire face à la menace de la concurrence?

- De quelle manière je vais « l'attaquer » ?

-Y a-t-il un moyen de la contourner ?

-Faut-il capituler sous l’effet de la concurrence ?

 

Ces questions sont pertinentes et elles méritent votre attention dans la démarche à entreprendre face à vos concurrents.

Mais vous devez retenir avant toute chose la vérité suivante :

la nature prévoit la part de chaque individu vivant dans ce monde. Personne n'est fondu dans l'immensité de l'univers au point que Dieu oublie de lui procurer sa part de succès.

Cela veut dire aussi que personne n'est créé et déterminé d'avance à l'échec. Si je pense que les autres m'ont devancé et ont tout pris y compris ma part, je suis en erreur.

La loi de la nature a établi que chaque être vivant reçoit de la part du créateur ce qui lui revient de droit sans aucune discrimination ni favoritisme.

Les oiseaux du ciel sont conscients de cela et même si ce ne sont que des animaux leur exemple dans ce sens peut nous être utile.

Il s’agit d’un état d’esprit favorable que nous devons avoir pour rester réceptifs aux différentes grâces que la nature est prête à nous procurer.

un chasseur ne peut jamais prendre la ration qui est réservée à son

collègue dit un proverbe.

 

 2/ La leçon du crapaud

Il y a un proverbe qui dit que la part qui revient au crapaud ne se retrouve jamais dans l'arbre.

Cette phrase donne une image exacte du regard d'un concurrent qui se voit inférieur par rapport aux autres. Celui-là se meurt pour une part qui n'est pas à lui et qui ne le sera jamais.

Le crapaud sait que la nourriture dans l'arbre appartient à un être capable de grimper sur l’arbre, ce qui n'est pas le cas chez lui et ne le sera jamais.

Il ne s’agit pas d’une politique d’attentisme mais plutôt une manière assez subtile de voir la vie.

C’est un fait à admettre que ce qui est à César soit à César, que ce qui est à Dieu soit à Dieu, que ce qui est à Paul soit à Paul selon les loi de la nature.

Combien de fois nous nous trompons de combat. Au lieu de chercher ce qui est à notre portée, nous perdons souvent trop de temps à vouloir être comme les autres ou avoir exactement ce que l'autre possède.

Dans la vie nous n'avancerons jamais au même rythme et tout le monde n'atteindra jamais le même point de succès.

Chacun est différent et tout en lui sera aussi différent y compris son succès, sa réussite et son histoire.

Je peux atteindre le succès. Mais ce sera mon succès à moi,  jamais la copie du succès de l’autre.

Vous êtes différent et c’est cela qui constitue votre force et votre richesse. Le tout est de savoir employer cette différence pour en faire un puissant essor de réussite.

C’est dans ce sens que l’histoire de l’autre peut m’être utile comme exemple

 

 3/ Le succès des autres comme un tremplin

Si les autres réussissent, cela veut dire que je peux réussir aussi. Il n'y a pas de raison de se décourager, de se dire fatigué ou d'avancer une quelconque excuse.

Dans un de ses micro séminaire positif, Christian Godefroid donnait cette formule: " il y a une solution, je vais la trouver".

Cela devra être notre slogan stimulant face à la concurrence. Si l'autre s'en sort, cela signifie qu'il existe une solution; et je vais tout faire pour trouver cette solution là.

L’avenir appartient à ceux qui ne se découragent pas de la poursuite de leurs objectifs. Et la réussite des autres est justement là pour témoigner que la prochaine fois c’est à votre tour de réussir.

 

 

 La suite de l’article, le point 4, le point 5 et la conclusion pour la semaine prochaine. Je vous parlerai de ce qu’il faut savoir copier chez vos concurrents et les bonnes questions dont il faut savoir se poser pour mieux "plagier" son concurrent.
 NB : Si vous ne vous êtes pas encore inscrit, n’oubliez pas de le faire pour être informé des autres publications.

 

Soyez les Bienvenues à l'Imprimerie Centrale de Bobo-Dioulasso

Disponibilité, efficacité, respect de delai de livraison, qualité garantie


PS: Vous pouvez désactiver les publicités en cliquant sur la croix située à droite